TRANSMISSION MILITANTE

 

 

 

Les mois de Mai et Juin, c'est l'époque des examens, a fortiori des révisions.

Certains ont passés les partiels de début d'année : Arles, Saint Martin de Crau, Alès.

D'autres plus tardos s'apprêtent à rentrer en lice : Vic, Nîmes, avec une première session de rattrapage au début juillet à Céret.

D'où ce petit quizz pour « l'aficionado a los toros », sur ce magnifique toro d'Alcurrucen.

Cette estampe prénommé « ATREVIDO » (audacieux) a été lidié à Vistalegre (Bilbao) le 24 /08/2016.

Les deux oreilles ont fait le tour du « Ruedo Bilbaïno » dans les mains du Maestro Diego Urdiales.

 

 

  • Robe (pinta) BERRENDO EN COLORADO (blanc- rouge) ALUNARADO (tâche ronde)

  • La présence de noir sur le fanon (gargantillo) permet d'attribuer l’appellation SARDO (trois couleurs).

  • Queue : extrémité Blanche COLIBLANCO, la partie proximale est rougeâtre , on peut ajouter REBARBO,

  • Les pattes blanches permettent l'appellation CALZADO ou PATI BLANCA (extrémités).

  • La bande sur le dos (liston) ne s'applique pas au Berrendo,

Au niveau des yeux : l'appellation LLORON (pleureur) peut s'appliquer, plus précise serait la dénomination OJALADO , une bande circulaire se prolonge par une liseret donnant l'apparence d'une boutonnière (Ojal).

 

Au niveau du museau : classique BOCIBLANCO, pour viser la mention à l'examen, on pourrait le nommer CARRETO : la couleur blanche s'étale du front, partie médiane de la tête, jusqu'au museau.

 

Après la robe, les cornes, elles sont toutes un programme, de prime abord pour le torero ; pour le cornitologue aussi :

  • longueur importante , CORNALON

  • couleur : ASTIACARAMELADO

  • direction  dans l'espace : CORNIAPRETADO (très légèrement BROCHO)

  • asymétrie peu marqué : TOCADO

  • différence de longueur entre les deux cornes : ZURDO à droite ?

 

Ce magnifique exemplaire de Toro de Lidia se trouve sur la page du groupe TOROS PARA AFICIONADOS de Geoffrey Calafell qui regroupe plus de 16000 membres !

Geoffrey a fait partie de la génération des « Chiquillos » , groupe de jeunes aficionados arlésiens créé en 2004 par Evelyne Lanfranchi Monleau et José Caparros,.

 

Nous avons du leur parler d'un autre ATREVIDO, le toro blanc de Osborne, lidié par le Maestro Antonio Chenel Albaladejo « Antonete », renaissance du Maestro.

La presse titra : « Une oreille qui valait une queue ! »

 

Bel exemple de transmission militante.

 

Félicitations au señor Calafell ; « Reste un aficionado indépendant » .

 

Je dédie ce texte à la mémoire de David Martinez Garré, fils de Lagartijo, famille arlésienne éminemment taurine et très connue, qui vient de nous quitter, il fut un temps banderillero.

Vaya con Dios.

 

Vendredi 7 juin 2019

 

Jacques Lanfranchi « El Kallista »