22. sept., 2018

LETTRE OUVERTE DE VICTORINO MARTÍN À PABLO IGLESIAS

 

La dernière suggestion de Pablo Iglesias est de proposer un référendum sur les taureaux en Espagne.

Il se moque du fait que la tauromachie soit une expression culturelle, constituant une vitrine extraordinaire pour l’ Espagne, importante pour des millions de personnes.

On a vite oublié ce qu’ont fait les talibans avec les bouddhas de Bâmiyân, détruits parce qu'ils n’entraient pas dans les canons de leur morale. Pour Pablo Iglesias sa morale lui dicte qu’il n’est pas bon d’aimer les taureaux, il propose donc un référendum pour en terminer avec eux.

C’est précisément afin de protéger toutes les expressions culturelles contre les fondamentalismes, comme les talibans ou donc Podemos maintenant que l'UNESCO, dont l'Espagne fait partie, a approuvé la tauromachie dans la diversité culturelle en 2001,

Et si Podemos a la tentation de faire croire « que la corrida n'est pas dans la culture »,  l'UNESCO elle-même se présente, en expliquant que les seules limites admissibles sont les droits de l'homme et des libertés fondamentales. Je le répète, droits… humains.

Dans le cas où l'UNESCO ne serait pas une source d'autorité suffisante pour Podemos, la Cour constitutionnelle espagnole elle-même, dans sa sentence sur les taureaux en Catalogne, a également déclaré que la tauromachie était partie intégrante de la culture au rang maximum, protection que la Constitution elle-même accorde au fait culturel.

Autrement dit, que la Haute Cour précise que la tauromachie composante de la culture est protégée par la Constitution, ce qui signifie que le référendum proposé sur les taureaux serait probablement anticonstitutionel.

La proposition de Podemos est une idée populiste, contraire à la liberté des citoyens de choisir le genre de culture qu’ils veulent apprécier et donc profondément antidémocratique.

Un antitaurin connu avec la stature intellectuelle éprouvée, actuel ministre de la Culture, s’exprimant récemment expliquait qu’on ne pouvait interdire la tauromachie, même si cela ne représentait qu’une minorité, parce que « une société qui ne respecte pas les minorités n'est pas une société équilibrée. "

Il y a une différence entre une personne de culture et qui la comprend et un politicien qui utilise la culture à des fins partisanes.

Les taureaux ne peuvent pas être interdits, ils sont l'expression culturelle d'un peuple.

Dans une société démocratique sage et réfléchie, il y a une pluralité d'idées, d'opinions et de sentiments culturels et nous devons savoir vivre ensemble dans la diversité. En réfléchissant constamment à la manière d’empêcher les autres d’exercer leur droit à la liberté culturelle, on constate un esprit de censure très nuisible à la coexistence.

La culture du taureau est merveilleuse mais complexe. La Fondation du taureau de lidia,  a invité, il y a un certain temps, tous les politiciens pour qu’ils connaissent la réalité du monde de la tauromachie. La Fondation a reçu une réponse négative de la part du parti de Pablo Iglesias. Je veux renouveler notre offre sincère, par cette lettre,  afin qu'ils connaissent la tauromachie dans toute son expression, car un avis fondé doit s’appuyer sur des connaissances préalables.

Victorino Martín

Président de la Fondation des toros de Lidia