27. août, 2017

Joselito Adame, grand cru Par Jean François Nevière

Joselito Adame, grand cru .

 

Parce que sans doute il ne faut jamais garder longtemps dans la bouche le goût de cendre et l’amertume des déceptions ou des blessures du cœur ou de l’esprit, consolons nous sans modération avec le grand cru que Joselito Adame nous a fait déguster hier à Almeria face à deux toros de Victorino Martin.

Joselito est au sommet de son art, préparant chaque geste comme s’il improvisait tout, sans cassure de rythme, avec profondeur et élégance, faisant corps avec ses adversaires avant de s’engager à l’épée dans un envol à faire verdir le roublard Escobar.

Et comme il était avec deux sacrés toreros ( Curro Diaz et Juan del Alamo) on le répète sans aucune gêne: mieux vaut, cent fois qu’une , une victorinade avec Curro Diaz, Adame et Juan del Alamo, qu'une mansanda de D. Hernandez avec les Manzanares, Juli et Talavante qui ne nous donnent à voir de leur talent que le peu d’envie ou de faim qu’il leur reste.

Et puis, tenez, comme il me reste quand même un peu d’amertume contre cette pauvre Barcelone catalane, s’ils ( les catalanistes anti espagnols, car c’est de cela qu’il s’agit) s’ils ont supprimé la corrida, tant pis, s’ils transforment la monumental qui a vu José Tomas et Chamaco et tant d’autres en Mosquée.. grand bien leur fasse !

Jean François Neviere