30. juil., 2017

Azpeitia, Curro Diaz revient de loin

Azpeitia  29  juillet 2017

 Trois quarts d’arène, vingt neuf degrès

 

 Présidente : Amaia Etxeberria

Asesseur taurin : Jesus Ferro

Asesseur vétérinainre : Jose Cruz Mujika

 Foto : Torocultura.com

Toros : six de Fuente Ymbro bien présentés mais très variables de caractère, les trois premiers pas très bons; le premier, genre poison avec sentido mais sans charge et le cinquième, castaño, peu armé mais plein d’intérêt.

 

Toreros : Curro Diaz,  bleu turquoise et or : Revenant après sa blessure du 15 juillet, il est pris de façon spectaculaire à son premier adversaire Escribiente, 510 kg, envoyé en l’air par un hachazo et retombant sur les épaules, tête repliée, à l’instar de Nimeño et Julio Robles, perd connaissance et amené à l’infirmerie. Très belle faena à son second ( quatrième de la course ) avec son toreo d’élégance sur muletazos pleins et temples puis nouvelle vueltereta devant Laminado, 520 kg. Une lame entière tombée. Une oreille.

Miguel Angel Perera,  tuile et  or : Tue Escribiente qui a envoyé à l’infirmerie son chef de lidia inconscient; pinchazo; une entière, applaudi au tiers sur Codicioso 505 kg ; puis Hostelero, 520 kg que Perera cite pour des charges de loin et belles séries liées de derechazos, une entière, deux oreilles..

 Andrés Roca Rey, écarlate et or : Planta torera remarquable. Cinq pinchazos, 1 estoque golletazo, deux descabellos (silence après avis) sur Vivero 500 kg. Tiers de lame, descabello (ovation après avis) sur Jasmin 530 kg. S’il n’a pas réussi aux épées, il ne laisse pas indifférent pour son toreo de poder, la plupart du temps dans le terrain du toro.

 Sept piques dont la plupart,  le cheval placé à 90 ° par rapport à l’axe de la charge et une au milieu du dos sur Codicioso par le piquero Ignacio Rodriguez de la cuadrilla de Pereira. Terne prestation dans l’ensemble, pas dans le moule d’Azpeitia avec des toros sans relief à l’exception du cinquième.

Allez, évènements positifs, fin de course avec un peu plus d'alegria; les paires de banderilles posées Javier Ambel, Curro Javier et Juan José Domínguez, puis, à la mort du troisième taureau, traditionnellement, la banda joue très bien le Zortziko, ce morceau funèbre si particulier à cinq temps dans un respectueux silence à la mémoire du banderillero José Ventura Laka, tué dans ce lieu en 1841 par un toro de race Navarraise.

Bernard Arsicaud