28. avr., 2017

Séville, capitale de l'univers par Jean François Nevière

Retour de Séville…

Sévilla n'est pas seulement une arène, même si la Maestranza soutient le temps tout au long des jours, jusqu'à 18h30, heure du Paseillo sur l'ocre pur de la plus belle Plaza de toros du monde.

Ceci n’est pas une réseña, juste une évocation de quelques jours dans la capitale de l‘univers, comme dit si bien notre ami mexicain Gaston Ramirez Cuevas.

Un grand ciel bleu souligné par le bleu mauve des fleurs de Jacarandas, ces arbres africains qui en perdant leurs coroles peuvent faire tomber dans des glissades artistiques les promeneurs trop pressés !

Dimanche 23 avril, au cartel Diego Urdiales, Jesus Manuel El Cid, Joselito Adame.

Toros de Fuente Ymbro, joliment faits, mais un peu sosos, sans bravoure ni caste.

On passera sur le torero de Logroño, Diego Urdiales, qui chiffonne au capote, ne trouve pas le sitio à la muleta, tente de tuer par trois pinchazos et une entière longue longue d’effet…silence.

On regardera avec bienveillance le gaucher de Salteras, qui a toujours son allure de garçon de café  depuis qu’on ne le voit plus utiliser sa superbe main gauche.  Il a peur, et cela se voit, multiplie avec son premier les pasitos atras, et le toro avertit sérieusement le torero  d’un hachazo sur le gilet, ce qui n’arrangera pas le moral du Cid. Estocade desprendida …petits petits applaudissements pour le sévillan : eût –il été de Madrid qu’il n’aurait récolté qu’un froid silence.

Entre Joselito Adame dont le toro se casse une patte. Toro changé. Le sobrero fait 577kg sur la romaine, un fort et volumineux animal.  5 chicuelinas du mexicain, remarquablement exécutées, serrées et émouvantes. ADMIRABLE PAIRE DE BANDERILLES DE FERNANDO SANCHEZ : PODER A PODER. Jarocho et lui salueront, grosse ovation pour leur engagement et la précision des gestes.

La faena de muleta, technique, montrant le toro, amena Joselito à le tuer d’une entière en place et quasi immédiate d’effet. Pétition unanime et Oreille de poids.

Urdiales refera au second ce qu’il fit au premier, ennui, faena décousue quoique volontaire et appliquée… mais on eut raison de siffler …le toro arriva à la mort tête haute, Urdiales ne l’a pas toréé .

Silence.

Le Cid reçut le beau 5ème dans son capote en lui faisant parcourir toute la distance des planches au centre alternativement sur la corne droite et sur la corne gauche, l’air de dire, quelle est la bonne ?  j’hésite, bof, on va pas faire grand-chose..

Quite  laissé à Joselito Adame qui fit voir au Cid que ce toro était non seulement très toréable mais sans doute le meilleur de la tarde. Quite par Gaoneras très précises et allurées.

Manuel Jésus comprendra  alors et livrera une belle faena notamment sur la corne gauche, une entière, Oreille.

Le sixième n’avait rien dans le moteur, cherchait querencia aux planches, Joselito finit par accepter d’aller sur son terrain, dommage, ce toro ne valait rien.

Des voisin sévillans, très exigeants et pas spécialement ouverts au toreo mexicain ne tarissaient pas d’éloge sur Adame, soulignant qu’il avait énormément gagné en maturité et profondeur.

On croisa beaucoup de monde ensuite… Les maestros Victor Puerto, Juan Bautista, Uceda Leal, le jeune Alejandro Adame, Victorino Martin Junior, Davila Miura, et Don A Miura lui-même, l’air sévère et solitaire…

Mercredi ce fut le tour des toros de Torrestrella, intéressants et pas commodes, pour trois jeunes pousses : José Garrido, Alvaro Lorenzo, Gines Marin.

Disons que Garrido, vaillant , solide, efficace manque d’une pointe d’art ou d’expression personnelle, mais il fut le seul a démontrer ses capacités de maestro. Une oreille d’un excellent toro qui  aurait du laisser ses deux pavillons sur le sable.

Les deux autres toreros.. transparents, sans recours, impressionnés sans doute par ce bétail . 

Et hier, corrida de expectacion, corrida de decepcion !! Morante absent, Juli professionnel, Talavante pas là. Enormes toros de Garigrande… pourquoi faire de tels animaux ?

Et il a plu, en plus ! 

 

Viva Sevilla, Viva Triana…..

Photo : Joselito Adame - Maurice Berho - Mundotoro

JFN