2. juil., 2018

Notes de lecture 2 de Demain je serai libre, Par Jacques Lanfranchi

 

photo 0

 

 

NOTES DE LECTURE 2

 

«  Le bateau est plus en sécurité dans le port, mais il n'a pas été construit pour cela » Paulo Coelho.

Les deux auteurs ( notes de lecture 1 et 2) partagent l’homonymie du nom de famille, les visions du milieu taurin, sont différentes ; dans les deux livres, le Dr Garcia témoigne de la dureté, adoucie par le filtre des souvenirs ; Nestor Garcia écrit un véritable brûlot type «  Pour solde de tout compte » (1) sur le sujet éponyme, légèrement paranoïde.

 

Ivan Fandiño, Demain, je serai libre, par Nestor Garcia Garcia (il existe une version espagnole) in format 8, texte 262 pages_ Photos et tableaux synoptiques sur la carrière du maestro – éditions Atlantica juin 2018.

 

En première lecture, la bande son de Nino Rota (Parle plus bas, on pourrait nous entendre) sur l'un des chefs d’œuvre de F. Ford Coppola (le Parrain) illustrerait parfaitement le texte.

Cosa nostra taurine où les familles ne s'appellent pas Tattaglia, Borzoni ou Stracci.

Les décideurs (capo di tutti capi) ne se nomment pas Don Corleone, les exécutants sont des sotocapos. Sauf « une exception : un français sans héritage, au talent naturel, au courage suicidaire, sans grand futur... »(2)

Le vocable « milieu » qu'importe l'adjectif accolé : médical, taurin, sportif, politique... implique des règles du jeu officielles, les corollaires sont connus : succès, échec, joie, peine.

L'aspect financier (business) amène à sortir quelquefois du cadre fixé : tricheries, trahison, forfaitures apparaissent.

L'auteur découvre t-il les arcanes d'un milieu ?

La théorie du complot est évoquée : collège des vétérinaires, présidents de courses, éleveurs, compagnons de route, et bien sur la presse taurine. Tous ligués contre le Maestro !

Les seules notes idylliques concernent Colombie, Mexique et Équateur. Des édens où les cuentos, atracos et autres conveños n'existent pas !

En relecture, abstraction du manichéisme ambiant, l'aventure humaine apparaît une amitié fusionnelle, au delà d'un rapport fraternel, s'installe entre les deux hommes : l'osmose, les origines sociales modestes confrontent cette gémellité.

Un autre moi, pour le torero biscayen.

 

photo 1

 

Les triomphes du Maestro sont peut-être un baume sur la carrière écourtée de l'ancien novillero, aujourd'hui fondé de pouvoir.

« Nous allons réussir tous les deux, là où... » sourires.

Les rêves sont vécus comme un drame, sang et larmes.

L’insuccès du solo madrilène (3), le 29 mars 2015 est perçu comme un fiasco du Duo.

«  Nous ne pouvons renverser l'ordre établi depuis toujours ».

La croisade est perdue.

L'option pour ce livre « main propre » (4) met certainement un terme définitif à un quelconque rôle pour Nestor Garcia dans le monde taurin.

Un remate définitif, en forme de thérapie par l'écrit.

« Retrouvera t'il sa liberté ? »

La destinée du natif de Orduña (Pays Basque) s'arrête le 17 juin 2017 à Aire sur Adour, brisée par « Provechito » toro de l'élevage Baltazar Iban.

Après quinze ans de carrière, treize oreilles à Madrid, 454 spectacles, l'homme avait 37 ans.

Elle fait du torero Ivan Fandiño Barros, peut être un homme libre ?

Un mythe certainement.

 

«  La tragédie de la Mort est en ceci, qu'elle transforme la Vie en Destin » André Malraux.

 

photo 2

 

 

 

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

dimanche 1 juillet 2018

 

 

  1. solde de tout compte ouvrage du journaliste François Santoni sur les arcanes entre les indépendantistes corses, le gouvernement français etc... Denoël Impact juin 2000

  2. in «  demain je serai libre » page 152 à 157

  3. solo de Ivan Fandiño, le 29 mars 2015, toros de Partido de resina, Adolfo Martin( 2), Cebada Gago, Jose Escolar, Palha , 4 silences, 2 sifflets.

  4. Mani Pulite, opération mains propres enquête judiciaire sur le milieu politique et économique italien dans les années 90

Photos dr in Demain je serai libre.