photo 1

 

 

POLISSE

 

Aucune référence au film de Maiwenn sur le quotidien de la Brigade de protection des mineurs, juste un titre humoristique pour ces quelques lignes qui essayent d'être lucides.

A l'issue de la feria de Bilbao 1976, devant l'indigence des spectacles présentés, dans le sanctuaire de la rigueur taurine, une poignée d'aficionados français décident de réagir.

Avec la bénédiction de Jean Pierre Darracq « El Tio Pepe », est lancée l'idée de l'ADA (association des aficionados) confondue à une époque avec celle de la défense des animaux !

Le concept est finalisé le 12 décembre 1976 à Arles, la section rhodanienne sera le premier maillon de l'ANDA, Association Nationale des Aficionados.

Un vœu pieux en bannière : la défense du taureau de combat et des principes de sa lidia ; « Vaste programme » , aurait dit le général De Gaulle.

Les moyens : un maillage Sud Est, Sud Ouest avec des sections à Arles, Bayonne, Beaucaire, Béziers, Bordeaux, Fréjus, Mont de Marsan, Montpellier, Palavas, Nîmes et Paris.

Présence dans les CTEM, conférences, films, flyers pédagogiques à l'entrée des arènes...

Les armes : une forme de Prix Citron et Orange spécifiques (1) : Egoïne d'or, Râpe d'argent, Lime de bronze attribuées aux élevages soupçonnés de manipulations de cornes frauduleuses.

Mais aussi des palmas, des pitos et la Plume d'Aigle (littérature, journalisme).

Pendant trente ans, elle fut le poil à gratter (et plus) de nombreux taurinos : organisateurs, toreros, éleveurs, journalistes.

Cette aficion militante créa au-dessus du Patio de Caballos à Vic Fezensac un tendido 7 à la française. L'équipe de l'horloge !

Inutile de vous relater les florilèges verbaux avec les membres du CTV depuis le callejon, les propos peu accorts et autres gestuelles crues avec les acteurs du ruedo(2).

Pour ma part, j'ai « kidnappé » l'horloge des arènes, un lundi de pentecôte, déçu par la prestation en piste (3) avec l'ami Jean Marc Colomar.

 

horloge vic photo 2

 

Le 19 mai 2018, lors de la corrida , Valdellan- Los Manos, un aficionado au verbe haut exprime son mécontentement au torero Ritter pour sa prestation, qui remplaçait Manolo Vanegas blessé.

 

Il est vrai qu'il est inutile de connaître ou pas la profession de la mère du torero (hijo de …) ou la propension de ce dernier à préférer les gallinacées aux cornipèdes (torero de gallina).

 

Un escadron de quatre gendarmes me semble disproportionné pour ce trublion.

Le personnage me semblait ni un zadiste, ni un black bloks, les vigiles auraient suffi.

 

Après trois décades d'activisme, l'ANDA a été dissoute en 2008.

C'est heureux, car pas mal de membres, j'en fis partie avec Evelyne, seraient en quartier de haute sécurité avec des peines de détention incompressibles.

 

L'aficionado a los toros a, de nos jours, beaucoup de devoirs : se faire insulter en allant aux arènes par les anti corridas, supporter le bruit de ces mêmes énergumènes, être fouillé, payer son bracelet pour être dans l'espace férial et payer sa place aux arènes.

 

Oui, je sais Vigipirate !

 

En mai 1947, le public déçu brûla les arènes d'Arles , les années contestataires (70,80) virent fleurir calicots et autres banderoles dans les tendidos, affichant des messages.

J'ai eu la chance de connaître les populaires à une certaine époque, de nos jours les étagères, dont le peuple exprimait avec force et véracité, ses convictions taurines.

Quant aux droits, de l'amateur de toros : applaudir ou se taire, une véritable peau de chagrin.

Un scénario aussi important pour l'aficion que dans « Polisse » pour les mineurs.

 

Attention fragile.

 

 

Vendredi 25 mai 2018

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

 

Bibliographie

ANDA 1977-1987 10 ans d'aficion militante

 

 

notes

  1. prix citron, orange : événement mondain parisien pour caractériser le plus mauvais caractère, le plus sympa dans le show-business. Depuis 1981, attribué seulement sur le circuit pro de tennis

  2. un happy end : un des multiples présidents de l'ANDA, Monsieur Berlandier devint citoyen d'honneur de Vic, il y a quelques années.

  3. Je l'ai rendue sans rançon ; quelques mois après avec des piles DURACELL neuves et une nouvelle étanchéité du cadran !