8. mai, 2018

Edito de Dominique Valmary Président de la FSTF

 

 

 

 

 

 

                   L'heure ne devrait pas être à la polémique et pourtant deux faits malheureux vécus en un an entretiennent le débat à l'initiative des professionnels espagnols inquiets de l'organisation des secours dans nos arènes. Au delà des témoignages critiques qui ne font pas avancer les choses compte tenu de pratiques différentes en Espagne et en France, la question de fond ne peut être éludée.

Le monde évolue en effet : les formations universitaires font que l'art médical se spécialise selon les disciplines et les pratiques, ce qui implique que des équipes de plus en plus pluridisciplinaires doivent se constituer ; une génération de pionniers se retire et passe le témoin à de jeunes confrères qui connaissent des contraintes techniques d'exercice nouvelles incontournables qui ne facilitent pas les recrutements ; les exigences en compétences et en équipements matériels sont certes importantes mais peu contestables. 

Le bénévolat doit donc s'inscrire légitimement dans un cadre sécurisé pour ceux qui s'engagent. Le danger encouru est latent justifiant des secours à la hauteur et le risque reste le même quel que soit le spectacle, le taureau n'infléchant pas son comportement selon la catégorie de l'arène. Cela impose la densification des moyens de secours dans toutes les arènes.

Alertée par l'Association Française de Chirurgie Taurine, l'UVTF a réagi en lançant deux chantiers qui visent à stabiliser les organisations par la réécriture des articles du Règlement Taurin Municipal Français et à renforcer les moyens exigés.

Augurons que ces travaux jugés prioritaires par l'Union à l'occasion de sa dernière assemblée générale déboucheront très rapidement et retiendront favorablement la compréhension des organisateurs, des professionnels et des aficionados.

La FSTF ne s'est pas trompée, pour elle la présence médicale dans les arènes est un élément essentiel de la course de taureaux qui mérite d'être salué à la hauteur du service rendu, ainsi elle a tenu à attribuer le prix El Tio Pepe 2017 à un témoin de cette fonction essentielle.

Elle soutient donc l'engagement et les actions proposées par l'Association Française de Chirurgie Taurine dont nous publions ici le communiqué explicatif et restera attentive aux suites données à ce dossier majeur.

Association Française de Chirurgie Taurine

Bayonne, le 07.05. 2018

Communiqué officiel

Par la présente, l’Association Française de Chirurgie Taurine souhaite apporter tout son soutien au Docteur Jean Yves Bauchu, dont les qualités et compétences ont récemment été mises en doute par la presse taurine espagnole lors de l’accident survenu au banderillero Victor Godofredo Perez Rodriguez dans les arènes de Saint Martin de Crau, le 28 avril 2018.

Lors de cet accident la prise en charge s’est effectuée en respectant les règles de la chirurgie taurine et à l’aide du matériel chirurgical et d’anesthésie adapté à la traumatologie par cornes de taureau de combat.

La blessure n’a pas été ignorée comme la presse a pu l’écrire, elle a été traité de façon première à l’infirmerie de la plazza de Saint Martin de Crau par le Docteur Bauchu qui a décidé après un premier bilan et un premier traitement sous anesthésie locale, d’un transfert pour une exploration chirurgicale sous anesthésie générale à l’hôpital d’Arles.

Victor Godofredo Perez Rodriguez a refusé cette attitude thérapeutique et a préféré regagner Madrid par ses propres moyens afin de consulter le chirurgien de son choix, en pleine connaissance des risques encourus. Il a alors été pris en charge par le Docteur Enrique Crespo Rubio avec succès.

L’Association Française de Chirurgie Taurine déplore une nouvelle fois l’attitude et les propos calomnieux véhiculés à tord par la presse taurine espagnole, qui met en doute la qualité de la prise en charge des toreros blessés en France.

Le Docteur Bauchu, chirurgien vasculaire et ancien chirurgien militaire, exerce dans les infirmeries d’arènes du Sud-Est depuis de nombreuses années et de nombreux toreros ont, sans aucune controverse, bénéficié de ses soins dans les infirmeries d’arènes.

La qualité des soins dans les arènes françaises n’est plus à prouver, et de nombreux toreros ont eu la vie sauve grâce à la dextérité et les compétences des chirurgiens français.

Cette qualité de prise en charge s’associe à l’action de l’UVTF qui s’est engagée en assemblée générale à apporter plus encore son soutien administratif et logistique aux équipes chirurgicales de garde dans les arènes.

Chirurgiens taurins français et espagnols exercent leur art de façon exemplaire et similaire, et afin de prouver leurs bonnes relations, leurs deux sociétés savantes (SECT et AFCT) organiseront leur congrès national de façon commune à Huesca en juin prochain.

L’AFCT souhaite par ailleurs un prompt rétablissement au banderillero Victor Godofredo Perez Rodriguez et espère son retour rapide dans les ruedos.

L’AFCT espère par ce communiqué, apaiser les tensions naissantes de part et d’autre de la frontière et rassurer les toreros sur la qualité de leur prise en charge en France.