ph 1La-Cruz

 

 

 

 

LA CRAU TAURINE EN DEUIL

 

Granier frères, c'est une famille, c'est une fratrie, c'est un couple.

Le fer commence avec un G et se finit avec un F, le tout surmonté par l'antique croix qui trône au centre du Mas de Farinon, d'où La Cruz.

En 1981, éleveurs ovins depuis trois générations, Alain et Gérard franchissent le pas, en achetant des vaches à François André.

Le pastoralisme sera leur credo, comme l'alimentation au foin de Crau et leurs couleurs Sang et Or de la devise, identiques à celles de la Provence.

Mon premier souvenir de Farinon est cette grande allée de platanes où la 2CV de mon paternel médecin de campagne, nous amenait pour faire les visites à domicile.

Cette allée ne verra plus passer Jean Marc, le fils de Gisèle et Alain, victime d'un accident de la route en face l'entrée de la propriété, il avait 19 ans.

 

ph 2

 

Terrible blessure à jamais ouverte dans la famille.

 

Mon deuxième souvenir concerne le club de football de Saint Martin de Crau où nous jouions à l'époque avec mon frère Jean Paul.

Anciens joueurs et dirigeants des jeunes - Alain et Gérard nous conseillaient , calmes, nous enseignant loyauté et respect de l'adversaire, toujours avec le sourire.

Leur implication dans le milieu associatif et la vie publique dans la commune, leur vaudra en 2012 la médaille de la Ville.

 

ph 3 freres granier medailles

 

Les deux hommes portent régulièrement la veste de gardian et le pantalon taupé.

Gisèle l'épouse d'Alain , ancienne pensionnaire du Velou d'Arles, arborait souvent lors des fêtes d'Arles, ou des manifestations gardianes, le costume d'arlésienne.

Le respect des Traditions.

Christian Montcouquiol Nimeño II donnera le diminutif de son nom à un étalon qu'il avait tienté, Nimeñito.

Stéphane Fernandez Meca, José Manrubia, Philippe De Lapeyre ( qui nomme Alain comme son deuxième père) entre autres seront souvent dans l'élevage.

San Gilen travaillera sur le Mas, et fut au cartel de la première féria de la Crau pour la présentation en corrida, chez eux , des toros Granier frères en 1995.

Les frères Craven, indivisibles et complémentaires dans les décisions, et dans l'action – une grande honnêteté, probité et sens du partage.

Ils acceptèrent d'héberger, un temps l'utopique APRB qui deviendra plus tard « la Cravenque », où dominait philanthropie et mécénat...

Fidélité pendant 25 ans, à la tienta de la ST Muleta d'Arles, tous les lundi de Pâques avec sérieux et discipline, Gérard au carnet, Alain aux commandes, dans le callejon.

 

Dans leurs installations, ils accueilleront de longues années les lots de toros de Saint Martin et d'Istres lors de leurs ferias respectives.

Un kaléidoscope d'un demi siècle d'amitié, la première novillada à Ceret en 1987, « Perdigon », meilleur toro de la feria de cette même arène en 1993.

Les tertulias improvisées à Vic, à Arles , à ailleurs où Alain applaudissait ses confrères, si cela sortait bien et toujours une explication (lidia, transport...) en cas de … et tous ces moments vécus qui nous appartiennent.

Un frère, un époux, un oncle, un ami, nous pleurons tous ce Roc que fut Alain.

Ultime satisfaction en 2015 pour cette novillada de Vic (« dépannage » pour remplacement des Hoyo de la Gitana!)

21 piques, une vuelta al ruedo du cinquième, une oreille.

 

ph 4 granier novillo guillermo valencia septembre 2015

 

Alain a peu survécu à l'arrêt de l'élevage.

 

Après Jo Durand, François André, Lucien Tardieu,Aimé Gallon, Hubert Yonnet, le grand livre de l'élevage du Toro Brave en France vient de clore un chapitre important de son Histoire.

 

Seul Jean Marc doit être heureux de retrouver enfin Papa.

 

Le petit du Dr Lanfranchi vous embrasse tous les Granier.

 

 

Mardi 6 mars 2018

Jacques Lanfranchi

 

 PHOTOS DROITS RESERVES