8. janv., 2018

Rencontre Paco Urena, Alain Dutournier

Monsieur Alain Dutournier, grand Chef parisien, vient de me faire part d’une très belle anecdote au détour d’une de nos conversations qui, on ne sait pas pourquoi, inévitablement, une fois les civilités protocolaires et banalités  épuisées, tournent autour de la tauromachie.

Il était invité au Ruedo Newton, le 6 novembre dernier à une conférence alors que Paco Ureña était l’invité principal.

La corrida de la feria de l’Atlantique ou ce dernier alternait avec Juan Bautista encore présente à l’esprit, Mr Dutournier fit savoir qu’il espérait pouvoir inviter, dans son prestigieux restaurant de la rue de castiglione, le « Carré des Feuillants », le torero lors de son cours passage à Paris. On lui répondit que celui-ci était amoureux et qu’il espérait pouvoir profiter de Paris dans une certaine intimité. Finalement, la rencontre a pu se faire la veille de la conférence.

Lors du repas, Mr Dutournier est venu à la table du torero pour tenter de partager un moment de tauromachie. Paco était accompagné d’une très belle jeune femme.  Les présentations passées, dans la conversation, le torero dit aimer avoir la possibilité de discuter avec des aficionados plus anciens afin de connaître leur avis sur la progression du toreo et sur le nom des figuras ayant marqué ses interlocuteurs.

A la question concernant les figuras, le Chef répondit qu’un diestro avait véritablement marqué son empreinte dans le toreo des dernières années et inspiré une lignée d’autres toreros pour aboutir à Ojeda et son toreo dans un mouchoir. Ce torero était Damaso Gonzalez « el rey del temple » ! Puis il développa la réponse à la question concernant la progression du toreo. Ce faisant, Mr Dutournier constate qu’une larme coule sur la joue de la belle brune. Sans laisser paraître, il se dit : « j’ai dû dire quelque chose qui a pu la contrarier » et donc voilà notre gascon en réflexion tout en développant sa réponse. Une petite période de flottement dût se faire jour et une autre larme coula sur l’autre joue, la jeune femme pleurait. A ce moment, Paco leva la main et dit : Mr Dutournier je vous présente la fille de Damaso Gonzalez !

Ouf de joie de la part du landais ! Ce n’était pas lui qui avait influé sur la tristesse de la belle pleureuse. Bien au contraire !

Le lendemain, à la conférence, une fois les sujets taurins épuisés, lorsque toutes les questions avaient été posées au torero, celui-ci, apercevant Mr Dutournier dans la salle, raconta l’anecdote de la veille.

 L’assistance fut très sensible à cette belle histoire.

Photo : Alain Dutournier

Bernard ARSICAUD