E

 

 

ALTERNATIVES PHANTOM

 

Jusqu'en 1950, les alternatives octroyées en France n'étaient pas reconnues, mais elles ont eu une existence, une illusion, que nous allons évoquer.

 

Le premier à recevoir le titre de matador, dans l'hexagone fut Manuel Garcia Barbero « Revertito », neveu du célèbre Maria Salomé Rodriguez «  La Reverte ». Le tonton pour sa despedida française à Nîmes devint parrain.

Il imposa un autre sévillan comme témoin Antonio Olmedo « Valentin », c'était le 9 juin 1901, devant des toros de Benjumea.

Le simulacre de cérémonie, avec le même trio, devait être répété le 16 juin à Toulouse. Corrida de la presse, toros de Lizasso. Le neveu devant les critiques, redevint novillero.

L’amphithéâtre arlésien sera le grand pourvoyeur de ces cérémonies phantom.

Il aura également l'honneur et le privilège de présenter la première officielle et reconnue en France, dans une plaza française le 12 octobre 1958 (1).

Les spectres d'alternatives commencent en août 1903, Antonio Bayon «  Castilla », avocat de son métier prit sa thèse taurine. Le jury est composé de Bartolomé Jimenez « Murcia », Vicente Pastor « El Niño de la blusa », les toros sont doublement noirs : ils appartiennent à Louis Viret.

 

Un an plus tard, c'est le tour de Manuel Suarez « Marinero », le parrain est « Revertito » (2).

Bétail manade Franco-Russe, Jo Durand, « Durandet » en juin 1909, Ambroise Bresillon Boudin Pouly II devint matador de toros, des mains d'Enrique Vargas « Minuto » et José Moreno «  Lagartijillo », les cornupédes sont de Correos.

 

Pouly II va toréer comme novillero deux mois plus tard à Marseille !

Il reprendra une alternative dans la cité phocéenne, le 22 mai 1910, très hétérodoxe.

Fermin Muñoz « Corchaito» est parrain, le témoin est un banderillero Cerajillas.

La suite fut hispano-provençale avec François Helias « le Boucher » et Pierre Clarion « Trompettte » : sauts, écarts...Bétail Vazquez.

La cérémonie s'avère revenante pour le père de Pierre. Don Pedro (Pouly III) ne dérogera pas à la règle, il passera le doctorat des mains de Francisco Martin Vazquez, le témoin est Joaquin Sans «  Punteret »(3), c'était le 5 septembre 1920, bétail Felipe Salas.

Le 21 septembre 1947, c'est une cérémonie exotique et première dans les annales taurines françaises.

Antonio Velasquez devient le parrain de Mario Sevilla (padre), accompagné de Antonio Toscano, ils sont originaires respectivement de Guanajato, du Jalisco, et Mexico.

Cartel 100% aztèque.

Bétail 100% Yonnet de la Belugue .

 

Je brinde cet article à l'équipe de Canal Rugby Club, Isabelle Ithurburu et Sébastien Chabal qui ont présentés le dimanche 5 novembre à 17h, deux rugbymen néo-zélandais jouant en France : Colin Slade, et Conrad Smith (deux coupes du Monde) s'exerçant à « l'art de toréer » dans une tienta !

Élevage Jean Louis Darré (Gers) et professeur le matador Thomas Dufau.

Par ces temps d'intolérance chronique …

Bravo et merci

 

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

8 MAS

samedi 11 novembre 2017

 

  1. Pierre Schull, Parrain Luis Miguel Dominguin, témoin Luis Segura , toros du Conde de Pinohermosa.

  2. Alternative comme celle de Juan Leal : mano a mano avec Sébastien Castella.

  3. Homonyme de J Sanz y Almenar « Punteret » qui perdit la vie à Montevideo (Uruguay ) le 28 /2/1888 en banderillant le toro Cocinero (Felipe Victoria) à « la silla ». Les corridas s'y arrêteront définitivement quelques années plus tard.

     

    Bibliographie :

    - Histoire de la tauromachie en Arles (Luis de la Cruz) UBTF 1977

    - Histoire taurine de la ville de Nîmes (Pierre Dupuy) UBTF 1977

    - Histoire de la tauromachie à Toulouse (Pierre Berdoues) UBTF 1978

    - Histoire de la tauromachie à Bordeaux ( Auguste Laffront) UBTF 1982

    - Deux siècles de Tauromachie à Marseille (Paul Casanova) UBTF 1990