6. juin, 2017

Rêveries d'un aficionado utopiste par Jaques Lanfranchi

 

photo 1

 

 

En 1996, en collaboration avec la Mairie de Fontvieille, son Club Taurin et la ST La Muleta d'Arles nous avions organisé une soirée conférence sur le thème « l' Élevage du Taureau de combat en France » avec Messieurs Lucien Tardieu et Gérard Granier éleveurs, Monsieur Luc Jalabert, éleveur et organisateur de spectacles, Patrick Varin et Marc Reynaud professionnels, le Docteur Maurice Priaulet, vétérinaire de l'UVTF.

Le regretté Jean Claude Dufau avait relaté la soirée dans le quotidien Le Provençal en janvier 1996, d'où sont extraites ces interventions :

 

Gérard Granier (Président des éleveurs de l'époque) au sujet des élevages français :

«  Il a sa place dans n’importe quel ruedo, des deux côtés de la frontière ».

 

Lucien Tardieu (qui fut président en 1990) : «  Il faut souligner la grande progression, dans la qualité du bétail grâce à l'immense travail des éleveurs français ».

 

Luc Jalabert (créateur du Trophée des Ganaderos Français) insiste : «  sur la reconnaissance et l'ouverture avec le Marché espagnol, car la France connaît la qualité de ses éleveurs ».

 

Il y a 20 ans .

 

Il serait prétentieux de faire une synthèse de ces 20 ans et des grandes heures qu'on vécut tous les élevages français des deux cotés des Pyrénées.

L'actuel président Monsieur Patrick Laugier (certains le trouvent trop remuant, voire sémillant) se bat comme ses prédécesseurs (voire un peu plus) pour conserver un avenir digne aux 37 élevages hexagonaux.

En son temps, le matador José Manrubia avait fait un solo le 20 octobre 1996 (1) avec du bétail français à Arles avec deux tiers d'arènes. Quatre oreilles à la clef.

Le maestro André Viard avait été précurseur de l'exploit avec six toros de Jean Marie Pourquier à Soustons, le 29 juin 1986 : quatre oreilles , deux tiers d'arènes , à noter le sobresaliente José Manrubia.

 

Juan Bautista s'enfermera à Nîmes le 4 juin avec six fers espagnols différents (2) :

Pedraza de Yeltes (Domecq par Aldeanueva) , Garcigrande (JP Domecq), La Quinta (Buendia), Parladé (JP Domecq), Carmen Lorenzo (Murube), Jandilla (JP Domecq).

 

Allez quelques rêves d'aficionado :

photo 2

 

 

Une sélection de fers hexagonaux historique :

Hubert Yonnet, François André, Tardieu fréres...

 

Une sélection de fers Sud Ouest Sud Est :

Camino de Santiago (Marquis de Domecq) Jalabert frères (Jandilla par Daniel Ruiz)...

 

Une sélection de fers par analogie des encastes :

Gallon frères (JP Domecq par Hermanos San Pedro), Fernay (Domecq par Carlos Nuñez) , Granier frères (Buendia par Santa Coloma), Pages Mailhan (Santa Coloma- Parladé) Christophe Fano (Murube), Dos Hermanas (Jandilla).

 

Le Drapeau tricolore flotterait avec une puissance majuscule supérieure à celui du clip sur le solo.

 

L'aficionado n'est pas un professionnel, il n'a pas à finaliser des cartels, c'est un client.

 

Une rapide analyse de cette utopie :

 

Le Maestro :

Il a été qualifié comme l'un des plus grands techniciens de la planète Toros notamment par le critique Vincent Bourg « Zocato ».

Dans les colonnes de « Corrida France », il a été signalé que Juan Bautista était l'invité incontournable de la plupart des tientas de bétail français. Il est éleveur et fils d'éleveur.

No problem.

 

La plaza :

Arles par sa programmation pascale du samedi, Tarascon ont réalisés des cartels 100% français.

 

L'Aficion :

La rentabilité du plateau se juge par la fréquentation des aficionados : l'aficionado hologramme (très tendance) j'y étais sans y être …, l'aficionado de brasserie (très actif devant le comptoir), l'aficionado militant (petite fraction), c'est lui le rêveur, et le payeur.

Pour conclure, ce modeste propos qui peut paraître abscons ;

Une trinchera romantique et sibylline.

 

«  Les Rêves sont les clefs pour sortir de nous même « 

G Redenbach.

 

Jeudi 25 mai 2017 jour d'Ascension

 

Jacques Lanfranchi « El Kallista »

8 MAS

 

 

  1. José Manrubia : seul devant six toros : François André, Gallon, Mroz, Tardieu, Jalabert, Granier

  2. à voir l'indigence du bétail lors du début de la San Isidro 2017.

photo 1 i have a dream

photo 2 marque Toros de France 2003