20. févr., 2017

Le novillero mexicain Héctor Gutiérrez Triomphe à Arzacq Arraziquet

Héctor Gutiérrez s’est soudainement retrouvé seul dans les arènes du Soubestre à Arzacq Arraziguet pour défendre les couleurs du Mexique. Ricardo Santiago, probablement bloqué dans les embouteillages de la avenida de los Insurgentes, est arrivé à l’aéroport après le décollage de son avion. Mésaventure qui obligera à le remplacer par l’excellent Alejandro Mora dont le tonton fut, en d’autres décennies, un prince de la cape.

 Mais pour autant Héctor Gutiérrez ne s’est pas laissé abattre et il faut voir de quelle manière, avec les derniers novillos du compte de Mayalde, il a enflammé le public. L’ennui n’allait pas tarder à poindre après deux novillos plus fades que les autres… Aussi s’accorda-t-il le privilège d’un réveil en douceur par l’harmonie de son art qui, sans attitudes spectaculaires, finit par canaliser et maîtriser un novillo très agressif et dangereusement armé. Il commencera par arracher une valeureuse série à droite, alors que l’animal est dans le registre de la distraction. C’est enfin, à gauche qu’il trouvera la récompense de ses actions courageuses. Finalement complet sur les deux mains et tuant bien et vite, il s’offre logiquement deux oreilles. Le succès sera complété par une vuelta au toro… qui récompense en fait l’ensemble du lot, les seconds novillos ayant été privés, injustement, de cette reconnaisance. Lors de son tour d’honneur Héctor Gutiérrez appelle le mayoral à venir partager ce succès. La dernière image d’une novillada « entretenida ». Le cristal de Bayonne, trophée de la course revient logiquement au jeune Mexicain…

  

Jean Michel Dussol