9. avr., 2017

Très joli texte émouvant sur le décès d'Adrian, un jeune aficionado, Par Dany Coeur

TORERO, TORERO, TORERO !!!

Il s'appelait ADRIAN, beaucoup d'entre vous ne le connaissaient pas.
Il rêvait d'être torero mais il était malade ADRIAN, malade à en mourir, malade comme on ne devrait pas l'être à cet âge.
Les toros, les toreros, voilà ce qui l'a porté tout au long de ses jours de souffance....
Il est parti samedi après-midi à l'heure où les petits nîmois de son âge s'amusaient dans leur arène, à l'heure où les petits arlésiens attendaient le lendemain pour faire la connaissance des toros tout juste arrivés.
Franchement la vierge, il y a des jours où je ne te comprends plus.....

Je pense surtout à sa famille car lui notre ADRIAN, je ne me fais plus de soucis pour lui.
Beaucoup de maestros s'en sont occupés ici mais là-haut, ceux qui l'attendent sont plus disponibles.
Tu vas enfin ADRIAN pouvoir maîtriser une lidia parfaite avec les meilleurs des professeurs.
Le PANA va t'apprendre à fumer le cigare, VICTOR te montrera comment parler au toro juste avec les yeux et tu pourras avoir tous les fous rires du monde avec RENATTO le jeune péruvien qui comme toi n'a pas eu le temps d'en avoir beaucoup.
Ici mon ADRIAN les ferias vont commencer avec leur lot d'espoir, leur lot de déception, leur lot de jalousie et j'espère leur lot de bonheur.
Elles commencent mal pour moi, surtout ma préférée mais est-ce si important?
Le mundillo ne changera pas.
Je ne veux pas être amère.
Je ne garderai dans mon cœur que cette photo où tu es radieux à côté des plus grands et je me dirai que non, ce milieu-là est rempli d'amis, de frères, de maris et de pères qui à défaut d'être les nôtres ont su te donner l'impression d'être des leurs et qu'il faut être positif.

A màs ADRIAN, embrasse-les tous pour moi, tu m'accompagneras dans toutes les corridas que je pourrai faire, tu peux me croire!

D. C.