31. oct., 2016

Festival taurin de Samadet du 30 octobre

Hier, à Samadet, s'est déroulé un festival au bénéfice des enfants du service de pédiatrie de l'hôpital de Mont de Marsan. Temps magnifique, à peine un peu plus de demie arène.

Sept novillos aux tamaños imposants se sont succédés dans ce ruedo carré ( quadrature du cercle!) comme beaucoup d'arènes anciennes dédiées à la course landaise : Gallon, Cuillé, Virgen Maria, Camino de Santiago, Dos hermanas, Domingo Hernandez et Pagès Mailhan.

 

Domingo Lopez Chaves, (une oreille face au Gallon noble et puissant) nous gratifia d'une faena intéressante mais le novillo ne permit pas ce qu'il promettait à l'entrée en piste.

Marc Serrano, un salut, n'eut pas de chance à la mort mais sa faena, commencée par une larga de rodillas très audacieuse, a  était bien construite.

Michelito, face au Virgen Maria fit briller la tauromachie mexicaine pleine de fantaisie et d'alegria au cours d'une excellente prestation aidé par son père, le torero d'alternative vicois Michel Lagravère installé, avec sa famille, à Merida au Yucatan. Deux oreilles tombèrent du palco, à la hauteur de la qualité du toreo du garçon prometteur et de la lidia. Une vuelta al ruedo, avec Jean Marie Raimond, le ganadero, fut également exécutée.

Joaquim Galdos, jeune torero peruvien prit une oreille au terme d'une lidia un peu terne, en raison, il faut le dire, du caractère fade et tardo de son adversaire.

Manolo Vanegas, vénézuelien, signe une fois de plus un travail propre et efficace, plein d'entrega et de fougue juvénile souligné par l'obtention d'une oreille.

Marcos, petit fils de Domingo Hernandez reçut un novillo choisi aux petits oignons par son grand père. Le toro s'employa et  mit les reins à la pique au point de faire voyager le piquero par deux fois sur une bonne vingtaine de mètres. Très bon bicho permettant une  prestation de classe et de douceur à ce jeune garçon qui débutait en France. Gageons que nous entendrons parler de lui lors de la prochaine temporada. La récompense de deux oreilles, au regard de la générosité de la présidence de festival semble même un peu « sévère » plusieurs spectateurs réclamèrent la queue...une vuelta al ruedo à laquelle fut associé le mayoral souligna la qualité du toro.

Baptiste Cissé fut aplaudi au terme d'une lidia un peu terne.

Très bonne journée solidaire, très bien organisée par Marc Serrano et la peña Al Violin et son sympathique Président Serge Dupouy, où tout le monde a joué le jeu : un bétail de qualité et offert par les éleveurs, au trapio et tamaño sérieux, la banda Al Violin nous gratifia d'une prestation d'excellente facture, les toreros s'employant également sérieusement et avec alegria.

Il est à regretter, pour une cause aussi noble, que les gradins ne soient pas complètement remplis. La météo, certainement, n'y fut pas étrangère.

 

Bernard ARSICAUD