29. sept., 2016

Elton Simon par CHF

Szabo est mort de rire, il prépare de la petite friture pêchée dans un lac de montagne, le temps est si beau.
Il m’explique en rigolant et me montrant la photo de Simon Casas hilare à Madrid.
- “Avec ses cheveux à la couleur improbable, ses lunettes, et sa veste à carreaux on dirait Elton John.“
Il a raison le bougre.
N’empêche que je le sens bien dans les commentaires, il y a de l’admiration et de la gêne chez les bloggers et autres plumitifs.
Après s’être annoncé il y a quelques années comme le patron de Madrid, alors que les uns et les autres, y compris les Madrilènes, me disaient qu’il avait juste droit à un strapontin.
Après avoir dealé, puis mégoté, puis quitté le sulfureux milliardaire mexicain pour d’autres horizons, le voilà  dans une manœuvre pleine de malice, à la tête de Las Ventas.
Et ça tombe déjà, les uns le taxant de tous les maux, les autres agenouillés prêts à faire allégeance jusqu' à la prochaine trahison.
Oui mais voilà, il l’a fait.
Ce matin un périodique Espagnol relevait que Casas n’avait été matador que le temps de son alternative, il ne précise pas qu’à l’époque aucun torero Français n’était admis dans la cour des grands….voire dans des ruedos de seconde importance.
Qu’il faut des actions désespérées et répréhensibles (nous nous souvenons tous de la mort des toros tués dans la nuit au toril…)
Un autre relève qu’il y a deux Français à Madrid, l’un est Zidane, l’autre Simon…l’un est aimé et respecté, l’autre admis sans plus avec aucune marge de manœuvre.
Les uns savent qu’il est capable de grandes choses (le un contre six de JoséTomas de Nîmes) les autres de pitreries (un doigt d’honneur au public, une engueulade au président qui n’abonde pas dans son sens) les derniers pointent une gestion boiteuse dans un certain nombre de places …
Le type est attendu au tournant de l’arène.
Homme de spectacle, il a fait de la télé, il se produit aussi dans les callejons, ou il invective les présidents, pousse ses toreros (ou assimilés à défier ceux-ci, je me souviens du second tour de piste qu’il poussa  Rafellillo à faire, et qui n’en demandait pas tant…)…homme d’affaire…homme à tout faire mais qui est ce type ?
Un aventurier ? Un tartarin ?  Un prince ? (Comme il l’avait asséné à un célèbre revistero français devant moi: “je suis un prince, moi, vous, vous ne comprenez rien à rien, il nous faut vendre du rêve, il faut des stars, et il faut de l’art….tout pour l’art…) 
Un drôle de type dirait ma mère.
Il est aux commandes du cœur de l’aficion, là où se font et se défont les carrières, là où se fomentent tous les coups, là où les choperitas doivent avoir déjà des rêves vengeurs.
Sera-t-il tout puissant ? Solitaire ?
Acceptera-t-il les critiques ? Acceptera-t-il de voir plus large que sa vision Nîmoise ?
On verra à l’usage.
Le système sclérosé, pour ne pas dire vérolé de las Ventas qui touchait le fond arrivé à son terme, sa venue sera-t-elle vécue comme une délivrance et un renouveau?
Je n’en sais rien.
J’attends de voir comment il va se comporter avec le tendido sept, et comment le tendido se comportera avec lui.
Vivement un verre d’azpilicueta “Aux Barriques“ Pour en savoir plus…
En attendant Elton Simon boit du petit lait, il est maitre du plus beau des palais taurins, avant que ne commencent les véritables ennuis, et pourquoi pas les plus belles satisfactions.
 
CHF