31. août, 2016

Les jolies Tours de Carcassonne par christian Frizzi

 
Les jolies Tours de Carcassonne Que voulez-vous, moi je les aime beaucoup ces gens de Carcassonne. Et très honnêtement,
si mes obligations me le permettent j’irai là bas. L’histoire est belle. Je vous la raconte en deux mots :

Figurez vous que les irréductibles, aussi têtus que l’épaisseur des murs de la cité organisent chaque année deux novilladas dans des conditions pas toujours très faciles. D’abord les soutiens qui peu à peu à force de ténacité, ont finis par être récurrents, mais qui ont longtemps hésité à apporter l’aide logistique nécessaire. Mais à force de convictions les tenaces y sont parvenus, et les édiles on laissé lézarder leur cuirasse de la bien-pensance pour celle de la fête… Les agressions subies, provoquées par les antis qui trouvent là un terrain favorable : une arène qui n’en est pas tout à fait une, une équipe jeune, hors d’un terroir taurin établi, et un site superbe qui vaut le déplacement…bref, tous les ans, tags, agressions verbales etc etc…les Carcassonnais n’ont jamais renoncés, une sorte de lutte larvée, mais quand on a la volonté… Cette année de nouveau le club taurin hyper dynamique et sympathique (qui ne se prend pas plus que ça pour ce qu’il n’est pas, allait organiser ses novilladas. Les novillos de Miuras et ceux de Prieto de la Cal. Les Miuras sont des habitués…et généralement le Sieur Miura réserve un lot plus que convenable. Prieto n’est pas (c’est un euphémisme) dans un bon moment…mais qui l’est vraiment ? Il suffit d’avoir vu les Miuras, ou les Victorinos de Bilbao pour s’en convaincre l’année est un petit cru…alors qu’attendre des Prieto, comme toujours…peut-être le meilleur, peut-être le pire ? Las, monsieur le Comte appelle le club taurin :
- zut la novillada pour des raisons de contrôle sanitaire ne peut être présentée en Août mais en Septembre…
- vous rigolez, sa seigneurie…notre fête à nous c’est Août (attention si vous lisez à haute voix, roulez bien les RRRR ,hein ?) - Je ne peux pas faire autrement…attendez, je réfléchis, je vous rappelle.
Une heure après
- c’est le comte là.
- Oui votre haute sérénité.
- Voilà, la novillada étant râpée, j’ai une course adulte sous la main.
- Votre altesse déconne, nous n’avons pas le sou…(là c’est plus la peine de rouler les RRR dans cette phrase) - Attendez je vous rappelle…. Driiiiiiiiiiiiiiiiig, Clac - Allo ? Le club taurin?
- Oui, mon prince ?
- Bon, j’ai regardé les comptes et discuté le coup, je vous la fait au prix de la novillada…
- Ben c’est que, votre haute autorité, nous n’avons pas le sou pour payer un torero… - Bah, je vous fournis le tout… Et voilà (Où à peu près, comment les jaboneros vont sortir en piste aux pieds de la cité… Le weekend devrait être sympa, d’autant que le club taurin est accueillant comme le messie un jour de Baptême, bras ouverts, futs en perce, et sourires aux lèvres. Je recommande à tous ceux qui ne l’ont pas encore fait, d’aller les rencontrer, la ville est magnifique, à leur image…et celle du sacré tour qu’ils jouent cette année.
CHF