22. août, 2016

Mort d'un ami

Nous nous étions connus  en barrera de la "placita" de Villeneuve de Marsan, voici au moins dix ans.
 
Les exploits,  notamment aux banderilles, de Manuel Escribano, alors jeune novillero, avaient fait que nos commentaires  s'étaient croisés et que, de ce jour- là , nous partageâmes un goût immodéré pour les toros.
 
Son aficion était plus jeune que la mienne, mais sur l'essentiel nous pouvions discuter sans nous chamailler!
 
Il était toujours à Mont -de- Marsan pour la Madeleine, posait des questions au lieu d'afficher  péremptoirement ses appréciations, aimait partager, était généreux et intelligent.
 
C'était un drôle de bonhomme qui s'intéressait aux sciences occultes, pendulait les maisons pour savoir si leurs ondes étaient suffisamment positives pour que vous y viviez, mangeait et buvait bien, savait des tas de choses mais ne vous éclaboussait jamais de sa science.
 
Lorsque le Club taurin de Paris m'a demandé d'aller y faire une conférence sur le Mexique, il n'a pas hésité une seconde et est venu m'écouter, en ami qu'il était.
 
Il avait la foi, préférait sans doute le bon Dieu à ses prêtres, et chaque fois qu'il avait un problème, et ceux- ci ne lui faisaient pas défaut, il remettait tout entre les mains du Très Haut, avait vécu à Vézelay, avait des enfants qu'il adorait, et des amis à qui il va manquer.
 
Il a préféré quitter cette terre volontairement hier, à bout de forces.
 
Il s'appelait Alain Schmitt.
 
Il restera dans nos cœurs.
 
 
 
Jean François Neviere