19. juil., 2016

Rodolfo Rodriguez El Pana, Victor Barrio, deux destins brisés

Deux hommes deux destins, 

La même année ces deux hommes, grands toreros ont été fauchés par le destin, tous deux par  un toro, tous deux arrachés à leur vie, à leurs familles.

Cette profession est la plus belle, la plus ingrate aussi car les fautes se paient cash, par la chair, le sang, la mort...

Tous le savent. Tous ont peur. Tous redoutent cet instant fatal. Malgrè cela, tous les jours, en prenant sur eux, ils pénètrent dans l'arène qui peut devenir le lieu de leur mort !

Toreros, nous admirons votre courage, vous gagnez notre respect, ceux qui passent à côté de cela ont une part d'humanité défaillante, une sensibilité frelatée, une perception des valeurs ne fonctionnant pas de façon ordinaire ! 

Viva la fiesta brava

Bernard ARSICAUD